Le projet éolien du Crapon

Carte d'études

Pourquoi un projet éolien à Redortiers ?

La zone du Crapon à Redortiers dispose d’un potentiel important pour le développement d’éoliennes et d’une ressource en vent intéressante. La société RES a déjà pris en compte un certain nombre d’éléments avant de définir cette zone d’études :

. Une implantation prévue à au moins 750 m des habitations les plus proches
. Une proximité avec les chemins existants
. Le raccordement à Limans
. Un éloignement par rapport aux zones environnementales protégées
. L’accord de l’aviation civile et militaire
. Un éloignement suffisant au laboratoire à bas bruit de Rustrel

Les études en synthèse

Les études ont avancé et certains points ont été éclaircis depuis avril.

Les oiseaux


Les inventaires terrain n’ont donné lieu à aucun contact d’oiseau à fort enjeu local de conservation à l’intérieur de la zone d’étude.

- Les nicheurs locaux sont essentiellement de petits passereaux. Aucun nid d’aigle n’a été découvert dans la zone d’étude ou à proximité immédiate. Les enjeux autour des nicheurs se situent donc principalement dans les milieux ouverts et/ou agricoles présents dans la partie nord de la zone d’étude.

- Les grands rapaces sont présents dans les environs, le Vautour Moine et le Vautour Fauve qui nichent dans les Baronnies passent en transit à travers la zone d’étude. Le nord de la zone est également un territoire de chasse du Busard Cendré (en orange). Ce secteur a donc été évité pour définir l'implantation des éoliennes. De plus, un couple de Circaète Jean-le-Blanc et d’Aigle royal nichent probablement dans le secteur, mais pas sur le site d'étude ni dans les environs immédiats, une distance suffisante a donc été prévu pour s’assurer de ne pas perturber les cycles biologique (reproduction) de ces espèces.

- Les migrateurs sont identifiés mais leur flux est diffus et de très faible intensité avec un transit matinal dans l’axe Nord- Ouest / Sud-Ouest. Les enjeux sur ces espèces sont donc faibles.

Conscient des enjeux potentiels d’un parc éolien sur les grands rapaces, nous prévoyons d’équiper les éoliennes avec un système de détection automatique de ces oiseaux qui permet de freiner, voire de stopper l’éolienne lorsque l’un d’eux entre dans un périmètre de danger.

carte oiseaux res crapon éolien

carte chauves-souris res crapon éolien

Les chauves-souris


Les mesures observées ci-dessous correspondent aux mesures types qu’il est possible de trouver sur la majorité des sites de développement. La pipistrelle commune est l’espèce la plus contactée (57 % de l’activité enregistrée sur le site) et le site revêt un enjeu certain pour la population locale.

Deux types d'écoute ont été effectuées :

- Les écoutes au sol ont permis d'identifier 17 espèces, dont 2 espèces à enjeux de conservation très forts,1 à enjeux de conservation très forts en migration, et 1 à enjeux de conservation forts ;

- Les écoutes en hauteur ont permis d'identifier 7 espèces, correspondant essentiellement à des individus migrateurs.

 

L'implantation au cœur des zones d’alimentations principales (en rouge) a donc du être évité. À l’image de ce qui est fait pour les oiseaux, des mesures de bridage des éoliennes auraient été mises en place lorsque les conditions de sorties des chauves-souris sont réunies (faibles vitesses de vent, à l’aube ou au crépuscule).

La petite faune

 

- Les insectes : 3 journées de prospection ont permis d'identifier 2 espèces protégées ;

- Les amphibiens : 2 journées de prospection ont permis d'identifier 1 espèces protégées, sans qu'elle soit réellement aperçue ;

- Les reptiles : 3 journées de prospection ont permis d'identifier 3 espèces protégées.

 

La présence de ces espèces protégées n’est pas incompatible avec la présence d’un parc éolien. L'implantation dans les zones à enjeux forts (en rouge) a été évité.
Cet enjeu est cependant à prendre en compte lors de la construction du parc. Ainsi, nous avions pris l'engagement de mettre en place une surveillance accrue de ces espèces durant la construction du parc afin de les préserver.

éolien crapon res petite faune

éolien crapon res habitat naturel

L'habitat naturel

 

4 journées de prospection ont été réalisées par un expert botanique afin de caractériser les différents habitats.

Une seule espèce à enjeu a été identifiée, l'Epipactis à feuilles distantes, dans une toute petite aire du nord de la zone (en orange).

 

L’extrême nord de la zone n'a donc pas fait l'objet d'étude d'implantation pour préserver cette espèce.

éolien crapon res acoustique

L'acoustique

 

Les études acoustiques concernent principalement les Zones à Emergence Réglementée (ZER), soient l’intérieur des immeubles habités ou occupés et les zones constructibles.

Qu’est-ce que l’émergence ?

Selon l’AFNOR, « l’émergence est une modification temporelle du niveau ambiant induite par
l’apparition ou la disparition d’un bruit particulier ». L’émergence se définie donc comme la différence entre les niveaux de
pression du bruit ambiant (éolienne en fonctionnement) et du bruit résiduel (en l’absence du bruit généré par l’éolienne).

Pour mener à bien les études acoustiques, nous avons donc effectué une campagne de mesures du bruit résiduel, qui correspond à un état initial sonore du site. Cela passe tout d’abord par la sélection des points de mesure (cf. carte ci-contre), puis par la pose de sonomètres, et enfin l’analyse des résultats de ces instruments. Grâce à ces résultats, nous pouvons ensuite modéliser l’impact sonore du projet éolien en modifiant les caractéristiques des éoliennes (modèles, puissance) et étudier les différentes propagations alentours selon la géographie (distance, absorption atmosphérique, effets d’écran). Cela nous permet de vous proposer aujourd’hui un parc respectant la réglementation et dont l’impact sonore a été minimisé au maximum.

La trame d'implantation

A ce jour et forts des résultats de toutes nos études, une trame a été mise au point. Elle correspond à la meilleure alternative paysagère et environnementale et permet également de maximiser les retombées pour la commune (2 éoliennes sur les terrains communaux).

éolien crapon res carte implantation

Le paysage

 

Le paysage du Contadour et de la Montagne de Lure présente une valeur patrimoniale évidente, soulignée à de nombreuses reprises dans les oeuvres littéraires de Jean GIONO. De fait, nous avons adapté notre projet à celui-ci pour qu’il s’y intègre du mieux possible.

Nous avons par exemple étudié la perception visuelle d’un éventuel parc depuis la Montage de Lure et pris en compte la co-visibilité possible depuis les lieux d’habitat et les sites patrimoniaux. De cela a résulté l’importance d’un parti d’aménagement qui s’appuie sur les lignes de force du paysage, avec le choix d’un ordonnancement régulier et géométrique pour l’implantation, qui permet d’éviter la co-visibilité directe avec les villages perchées et les éléments remarquables du patrimoine.

Afin de répondre à la meilleure intégration paysagère possible, près de 45 points de vue ont été examinés.
Une dizaine de points de vue ont fait l’objet de photomontages pour mieux rendre compte de l’insertion paysagère des variantes d’implantations. Ces points de vues ont été choisis en fonction de leur intérêt emblématique, patrimonial, touristique…

Parmi les photomontages effectués, vous trouverez les suivants ci-dessous :
- LE CONTADOUR
- LES ANDRIEUX
- BANON (Haut du village)
- LE VIEUX MONTSALIER
- SIMIANE LA ROTONDE (Château)

Picture gallery

Evaluation des retombées économiques

éolien crapon res retombées

Acutellement, Sébastien LECORNU, Secrétaire d'Etat à la transition énergétique, étudie la création d'un décret qui pourrait permettre aux communes accueillant des projets éoliens de récupérer 20% des taxes qui sont aujourd'hui distribuées à la Communauté de Communes.

Pour la commune de Redortiers, en cas de parution du décret, cela aurait abouti au résultat suivant :

éolien crapon res retombées 2

Liste documents & téléchargement